side-area-logo

Quel futur en 2050 ?

Rêver, penser, agir

QUEL FUTUR EN 2050 ? DONNEZ VOTRE AVIS

 

Madame, Monsieur,

Le monde, et avec lui la société française, évoluent à une rapidité qui met à mal les équilibres sur lesquels s’est construit notre contrat social. Pourtant l’histoire n’est pas écrite et l’intelligence, l’énergie, le courage, la solidarité et l’adhésion commune à des objectifs partagés doivent nous permettre de rester les acteurs de nos propres destinées et de la société dans laquelle nous avons choisi de vivre.

L’exemple de la renaissance de Bordeaux, au cours des dernières vingt années, en est une preuve éclatante.

Si nous voulons que nos enfants habitent une planète vivable, nous devons penser à l’avenir, et le penser à moyen et long terme.

Je vous propose que nous le fassions ensemble et que nous nous accordions sur l’horizon 2030/2050. 2050 semble lointain, certes, mais ce sera, pour les écoliers d’aujourd’hui, le moment de leur pleine maturité. Cela semble d’autant plus lointain que nous ne savons pas encore quels changements fulgurants pourraient accompagner le développement de l’intelligence artificielle, l’arrivée des véhicules autonomes, les progrès de la télé-médecine ou, sur un chapitre plus anxiogène, l’accroissement démographique, la disparition de la biodiversité ou l’accélération des changements climatiques.

S’il n’est pas question de se livrer à un exercice de prédiction – très aléatoire – il nous faut réfléchir à des scénarios plausibles dans l’état de nos connaissances et préparer la mise en place de politiques publiques qui permettront d’accompagner au mieux ces scénarios. C’est le rôle du politique et c’est aujourd’hui un impératif vital, sauf à laisser se développer une société fondée sur les seules logiques économiques, technologiques ou technocratiques, créatrices d’injustice et de fractures sociales.

Demain on se logera, on se nourrira, on se déplacera, on se soignera, on se cultivera, on travaillera et on se formera différemment. C’est à cela qu’il faut s’atteler.

Pour ce grand chantier qui devrait s’achever au printemps 2019, et en accord avec tous les maires de Bordeaux Métropole, j’ai donc créé un outil léger, la mission 2050, que j’ai confié à Michèle Laruë-Charlus.

J’ai lancé officiellement la démarche le 27 février et, dans un premier temps, la mission vacollecter les avis et contributions de tous ceux qui se sentent concernés. Cette grande concertation affectera des formes différentes : concertation itinérante, questionnaires en ligne, serious game etc… et se poursuivra à l’automne.

L’analyse des résultats de la concertation, puis de nombreuses conférences, débats et manifestations diverses, à partir de septembre 2018, permettront l’élaboration d’une feuille de route qui sera présentée en mars 2019.

Le questionnaire que vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous et auquel je vous saurais gré de bien vouloir répondre, est fatalement incomplet.

Il nous sera néanmoins très précieux.

DONNEZ VOTRE AVIS

La réalisation de cette enquête est prise en charge par l’IFOP, institut indépendant d’enquêtes et de sondages. Les réponses seront traitées en toute confidentialité et de manière anonyme. Les informations recueillies seront synthétisées sous forme de pourcentages et de graphiques qui ne permettront en aucun cas l’identification individuelle des personnes interrogées.

Si vous souhaitez compléter le questionnaire en abordant des points particuliers, vous pouvez également adresser à la mission 2050 un message complémentaire ne devant pas excéder 5 000 signes, à l’adresse bm2050.fr/contribuer

L’ensemble des réponses et des contributions sera publié – sauf refus de votre part – et je serais heureux que vous acceptiez éventuellement d’être présent ou de participer aux débats thématiques qui seront organisés à l’automne.

Je compte sur votre collaboration : elle engage notre avenir.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Alain Juppé

Président 

Bordeaux Métropole 

bm2050@bordeaux-metropole.fr