side-area-logo

Lutte contre les TMS

Lutte contre les TMS

Depuis quelques années, et à l’initiative du BTP, il a été proposé aux salariés (souvent des travailleurs « de force ») des séances d’échauffement d’une durée d’un quart d’heure avant le travail proprement dit. Ces séances permettant de préparer le corps aux différents travaux de force ce qui est plus par rapport à la notion d’apprentissage geste et posture. Sur une proposition des salariés de RTE (Réseau Transport Electricité, filiale d’ERDF) il nous a été demandé s’il était possible de faire plus. Depuis bientôt 5 ans ont été instaurées des séances de kinésithérapie. Ces actions sont basées sur le volontariat et ont été ouvertes dans un premier temps à l’équipe ligne, c’est-à-dire aux agents ayant en charge l’entretien et la mise en place des lignes haute tension. A ces séances d’une heure sont présent entre 12 et 14 personnes.

Nous proposons une séance type comprenant :

– Echauffement en 5 mn. – Travail proprioceptif (équilibre) 10mn.  – Etirement 15 mn. – Gainage musculaire du rachis 15 mn. – Travail abdominal 10 mn.  – Retour au calme 5 mn.

Après quelques mois d’activité, nous avons testé sur le plan masso-kinésithérapique la souplesse et la force à la fois des membres inférieurs et du rachis lombaire.

– Au niveau de l’amélioration articulaire :
Une très notable amélioration de la distance doigts/sol a été observée puisque nous avons en moyenne un gain de 6 cm. Un maximum de gain de 12 cm a été noté et un autre agent a perdu 2 cm (mais son test de Schobert a été amélioré de 3 cm).
Au niveau des tests de Schobert, une amélioration de 3 cm en moyenne a été obtenue avec des écarts variant entre plus 1 et plus 4 cm.

– Au niveau de l’amélioration musculaire : Une très nette augmentation de la force des membres inférieurs est apparue. Des abdominaux sont d’une manière générale plus forts et plus toniques, permettant une meilleure protection du rachis lombaire.

– Au niveau des douleurs : Une très nette diminution des douleurs cervicales, scapulaires et lombaires ont été formulé les agents. Cette amélioration des douleurs, d’après les agents, est due à la fois à une meilleure statique rachidienne, une bonne utilisation de la sangle abdominale et d’une meilleure souplesse au niveau des ischio-jambiers.

Des douleurs récurrentes semblent avoir cédées par la pratique régulière de ces séances de kinésithérapie.
« On se tient plus droit ». « On utilise mieux notre corps ». « Le travail est plus facile ».
« Moins de contractures surtout le soir ». « On se sent plus souple ». « On se sent plus dynamique après » …

Les résultats sont donc tout à fait satisfaisants puisqu’ils laissent apparaître non seulement un gain de souplesse et de force mais également une amélioration des douleurs lombaires dans un grand nombre de cas ainsi qu’une sensation de « mieux vivre » son dos.  D’autre part, depuis l’année 2010 (soit 6 ans) nous n’avons eu à déplorer aucun arrêt de travail pour lombalgies au sein du GET Poitou Charentes RTE.  Devant de tels résultats nous avons ouvert cette prise en charge kinésithérapique à tout le personnel, toujours sur la base du volontariat.

Pour les personnels administratifs, l’attention se porte plus sur la ceinture scapulaire et les membres supérieurs de manière à protéger au mieux le rachis cervico-dorsal. A ce jour, 70% des salariés du GMR Poitou Charente du RTE sont volontaires et désireux de poursuivre cette expérience.

L’aspect convivial, communautaire et régulier de cette activité pratiquée en groupe permet de donner du sens à un projet commun de prise en charge globale vis-à-vis de la sécurité au travail et des troubles musculo-squelettiques. Il apparait également une meilleure communication au sein des différents services certainement dû au fait de pratiquer de façon collégiale une activité sportive.

Les masseurs-kinésithérapeutes ont une place au sein de l’entreprise pour lutter contre les troubles musculo-squelettiques. Pour tenter de répondre à cette question, nous avons fait appel à une enquête ouverte et un entretien. (Mémoire pour l’obtention d’un MASTER 2 en Science de l’Education).

Une enquête a été effectuée auprès des salariés de l’entreprise RTE par l’intermédiaire d’une simple question : « votre avis sur les séances de kinésithérapie ? ». L’analyse de contenu a montré qu’il est licite de penser que les kinésithérapeutes ont leurs places dans le système de prévention des TMS du point de vue des salariés.
Il a été réalisé l’analyse d’un entretien effectué auprès d’un dirigeant de la société RTE. Cette enquête, nous montre que ce dirigeant est favorable à l’emploi des kinésithérapeutes pour lutter contre les TMS.

Sur le plan budgétaire, l’entreprise doit prendre à son compte l’heure de travail pendant laquelle le salarié n’est pas à son poste ainsi que la prise en charge du formateur.  En contrepartie, la diminution du nombre d’arrêts de travail, et surtout la diminution du montant de la cotisation Sécurité sociale concernant les risques liés aux accidents de travail permettent bien souvent à l’entreprise de réaliser à moyen terme la diminution des charges.

De plus il est également possible pour l’entreprise de valoriser ce type de prise en charge dans la rédaction de documents de type mémoire technique et mesure de sécurité s’inscrivant dans la lutte contre les TMS notamment la lombalgie, les chutes, les tendinites, les gestes répétitifs.

Devant l’efficacité et les résultats obtenus il est envisagé, au sein de RTE, d’étendre ce type de travail sur le plan national.

Pierre-Yves FARRUGIA